Trente-quatre jours

Adios Lanzarote !

Adios Lanzarote !

Lune diurne

Lune diurne

C’est la durée de mon arrêt à Lanzarote. Séjour ponctué d’émotions parfois contradictoires, c’est incontestablement une première page de mon voyage qui s’est tournée avec le départ de Pascal, c’est un nouveau chapitre qui s’ouvre, déjà riche de rencontres, d’expériences. Quelques jours en compagnie d’une voyageuse qui aura laissé un doux souvenir, une leçon de marche de nuit avec des tongs, un pépin de santé bien vite maitrisé par la faculté, la visite d’un ami, tout cela entrecoupé de découvertes et de paysages. Il a fallu trouver des solutions palliatives au départ de Pascal. L’impression fugitive de se trouver au pied de l’Everest en tenue de plage, puis découvrir que ladite tenue suffit pour une randonnée estivale dans les vallonnements jurassiens. Vues avec un peu de recul, les choses se sont mises en place naturellement dans une harmonie tranquille et sereine. Il était donc temps de décoller de Puerto Calero pour rejoindre Las Palmas, 106 miles plus loin, dans le Sud-Ouest de Lanzarote.

Vendredi 18 décembre 18h30 TU

Celle-là, François, elle est pour toi !

Dernière soirée à Lanzarote avec Joël

Dernière soirée à Lanzarote avec Joël

A cette occasion, Joël, qui m’a rejoint le 11 décembre dernier, m’accompagne, éphémère équipier d’une vingtaine d’heures. Partis vendredi à 16h, nous avons glissé le long de Lanzarote, puis mis le clignotant à droite pour passer entre sa pointe Sud et la pointe Nord de Fuerteventura que nous laissons à notre bâbord. Enfin, descente en ligne droite sur Las Palmas.

Trace

Trace

Trajet sans aucun souci, nous avons joui de la tombée de la nuit, de la lune, puis, au coeur de la nuit, de la voute céleste, et enfin du point du jour sur l’ile de Fuerteventura dans le lointain.

En vue de Las Palmas samedi vers 10h30, à un bon mile de la côte, puis moteur et zigzags entre cargos, dériveurs à l’entrainement et digues pour découvrir que le port de plaisance est plein. Petite visite au mouillage en attendant qu’une place se libère et nous voilà amarrés au port de la Luz. Il est tout juste midi.

 

Rencontre au crépuscule

Rencontre au crépuscule

P'tit déj' joyeux

P’tit déj’ joyeux

C’est également l’heure où Stéphane et Paolo arrivent sans arme et avec bagages pour s’installer à bord, le temps d’une descente sur l’archipel du Cap Vert, Cabo Verde en v.o. Un périple de cinq à six jours selon les conditions météo, lesquelles s’annoncent très bonnes. Réponse concrète aux prévisions ces prochains jours. Nous devrions donc passer Noël en mer, en principe plus très loin de Mindelo, prochain arrêt prévu. De là, visite de l’archipel et descente sur Praia où Stéphane et Paolo me quitteront et où j’accueillerais Fabrice pour le plat de résistance, la traversée de l’Atlantique. Musique d’avenir.

Dans le port de Las Palmas, y a des marins qui bossent...

Dans le port de Las Palmas, y a des marins qui bossent…

Hier soir, nous nous sommes promenés dans Las Palmas, grande ville assez quelconque, nous y avons célébré deux arrivées et un départ avant de revenir à bord aux environs de l’heure de Cendrillon. Joël reparti ce dimanche matin, nous préparons le bateau et ravitaillons dans un centre commercial à faire rêver Edouard Leclerc ! Oui, nous sommes dimanche et les commerces fonctionnent à plein régime.

C'est marrant, les décos de Noël par 25° !

C’est marrant, les décos de Noël par 25° !

Produits frais, matériel de pêche (je me réjouis de voir ça…) et produits de toilette nous occupent la fin de journée. Puis il est temps d’un dernier repas sur une terrasse, d’une lessive et d’aller se reposer en vue de notre départ imminent. Le vent s’est levé et  s’établit Nord-Nord-Est.

Grosse pluie sur Las Palmas

Pluie battante sur Puerto de la Luz

Nous sommes à marée haute et, tiens, il pleut. Pour la première fois depuis le 24 octobre, je vois une véritable averse, de celles qui balaient les pontons et lavent les pont. Quand je pense qu’on a passé deux heures à frotter cet après-midi… Pourvu que le vent ne tombe pas, c’est tout ce qu’on lui demande.

 

Lever dun jour sur Fuertaventura

Lever du jour sur Fuerteventura

Je vous retrouverais avec plaisir entre Noël et Nouvel-An pour vous raconter la descente sur Cabo Verde et mes premières impressions de l’archipel. Joyeux Noël à toutes et tous, puissiez-vous le passer en compagnie de ceux que vous aimez et qui vous aiment. Et j’ai une pensée émue pour mon ami François. A bientôt.

Feliz Navidad y salud y amor ! ;-)

Feliz Navidad y salud y amor ! ;-)

Ci-dessous encore quelques images…


6 Comments

  1. Salut
    Salut mon ami
    Bientôt en 16 mais suis heureux de te revoir parti comme en 14.😋
    Les images sont bien colorées mais encore trop habitées, à mon goût.
    Bonne pêche avec ton nouveau matériel. Ramène autre chose que du menu fretin si tu veux pouvoir remplacer la dinde de Noël. Un mérou fourré aux oursin?
    Becs d’ici, où la neige et le gel se font attendre
    Nico

  2. Olà,

    Ça fait toujours plaisirde te lire.
    Ici ça roule , je viens de me faire 2 mois de  » vacances  » ….fracture du plateau tibial…mais là ça va , je lâche mes cannes gentiment.
    Les garçons vont bien .Eliot adore la période de Noël…tiens donc …
    Je te souhaite de douces fêtes .
    Pleins de bisous .Nath.

  3. Hello Olivier alors en plus d etre marin tu as loupe une autre vocation celle d etre ecrivain, on commence a te lire et on arrive pas a s arreter avant la fin, j adore, c est emouvant et prenant. Que le vent t emmene a ton reve qu il t accompagne durant ces fetes de fin d annee que je te souhaite merveilleuses et que le passage en 2016 se fasse tout en allegresse. Bonne continuation et tous mes (nos) Hans se joint a moi, meilleurs voeux pour 2016 ainsi que la suite de ton merveilleux voyage. Bizous

  4. Cher Olivier,
    Je découvre ton aventure passionnante.Rien ne m’étonne dans ce que je vois et ce que je lis, tu es un rêveur, mais de ceux qui vont au bout et qui transforme un rêve en réalité, Bien joué mon vieux.
    Comme disait Jules « Ce ne sont pas de nouveaux continents qu’il faut à la terre, mais de nouveaux hommes!  » 😉
    je souhaite à toi et ton équipage les meilleures choses pour la fin d’année 2015.

  5. Hello Oli ! Plaisir de te lire et de savoir que tout va bien. Contente qu’après le triste abandon de Pascal, tu aies su retourner la situation à ton avantage et trouvé de nouveaux matelots pour continuer ton périple 😉
    Je te souhaite un Joyeux Noël et bon vent !
    Gros becs

  6. Joël Preiss

    Cher Olivier, Ce bateau curieux vu à l’entrée du port de Las Palmas (voir « il y a des marins qui bossent ») s’appelle le ENSCO II. Il servait à la recherche de pétrole en haute mer ainsi qu’au forage et à l’extraction, avant d’être au chômage à cause de l’effondrement du prix du baril.
    Je l’ai appris d’un patient qui l’a tout de suite reconnu grâce à ma description, sachant que ce bateau était coincé là bas, et qui a travaillé 10 ans dessus. Le monde est petit, hein?

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*