Les Antilles et l’annexe

Une utilité de l'annexe : aller sur les plages...

Une utilité de l’annexe : aller sur les plages…

Avant le départ, donc l’été dernier, j’ai eu une conversation instructive avec mon ami François, bien installés sur sa terrasse de la presqu’île de Giens. Enfin, ces conversations ont été nombreuses, mais l’une d’elle portait sur l’annexe. Pour les profanes, l’annexe est un petit canot de deux à trois mètres, généralement pneumatique, équipé d’un moteur hors-bord de faible puissance et qui permet de faire des aller-retour entre la terre ferme et le mouillage ou de faire la navette entre bateaux à l’heure de l’apéro.

  • Alors, qu’est-ce que t’as comme annexe ?
  • B’en je me suis trouvé un jolie annexe avec plancher gonflable et un petit Yam’ 4CV 2 temps. Ca va extra bien, je l’ai utilisée tout l’été en Méditerranée.
  • Oui, c’est bien, mais tu verras, aux Antilles, tu vas vite regretter de ne pas avoir acheté une annexe à fond rigide et un moteur d’au moins 8 CV.
  • Ah bon ? Et pourquoi donc ?
  • Parce que là-bas, ça souffle tout le temps, tu as pas mal de vague, les mouillages sont encombrés et tu es donc souvent loin de la terre ferme si tu veux être un peu tranquille. Avec une semi-rigide, tu vas plus vite et tu es surtout moins mouillé, parce qu’elle est un peu plus haute sur l’eau. Elle est aussi plus stable. Inconvénient, tu ne peux pas la plier et la ranger dans un coffre. Mais question confort…
  • Bah, celle que j’ai me va très bien, mais je verrais sur place.

Eh bien une fois de plus tu avais raison, François, ô combien. D’ailleurs, tout le monde ici a des semi-rigides, voire des barques en bois. Le seul que j’ai vu et qui n’en avait pas se déplaçait sur un kayak gonflable, et à la rame avec ses courses dans un sac étanche.

L'ancienne annexe avec Paolo

L’ancienne annexe avec Paolo

Un voyage du mouillage au port, rincé ! Mais alors bien. Un retour au mouillage, rincé ! Encore mieux qu’à l’aller. Un aller-retour au supermarché, et hop, trempé. Sauf quand le vent est nul, une seule fois depuis mon arrivée, tu te fais rincer à l’eau salée. Et des habits mouillés à l’eau salée, tu peux te lever de bonne heure pour les faire sécher. Seule solution, les rincer ou les laver à l’eau douce. Or, passer une journée entière dans des habits mouillés, ça peut paraitre rigolo, mais pas du tout, en fait. Ca gratte, c’est très inconfortable et donc très vite désagréable. Avec les températures ambiantes et le taux d’humidité propre aux tropiques, on a l’impression de vivre une journée dans un sauna urticant.

  • Bon, Fabrice, je sais pas toi, mais moi j’en ai marre de me faire tremper. On va voir pour une semi-rigide. Avec un peu de bol, on en trouvera une d’occase.
  • Ouais, mais tu seras obligé de changer de moteur, le tien n’est pas assez puissant, les semi-rigides sont bien plus lourdes que les gonflables.
  • Tu crois ?
  • J’en suis certain. Tu dois pouvoir déjauger. Non seulement tu avances plus vite, mais tu ne te fais pour ainsi dire plus mouiller.
  • Ok, on va voir.

Après avoir visité presque tous les shiphandlers et vendeurs du coin, on doit se rendre à l’évidence, les semi-rigides d’occasion sont aussi rares que les inuits à Tamanrasset ! Retour chez un marchand de la zone chantier naval qui propose plusieurs marques et plusieurs tailles. Première question, le fond rigide, on le prend en alu ou en fibre de verre ? A taille strictement égale, celle avec le fond en alu pèse 23 kilos de moins ! 44 kg contre 67 kg. Elle est aussi un peu plus chère… Après réflexion, comme je vais assez souvent être seul à bord, ou éventuellement à deux, celle en alu est quand même bien plus facile à manier que l’autre. Et aussi :

  • votre annexe, vous la voulez en PVC ou en Hypalon ?
  • Euh, et c’est quoi la différence ?
  • Principalement, elle est beaucoup plus chère en Hypalon.
  • Ok, alors je la prends en PVC.
  • Ah, mais attendez, en PVC, vous êtes obligé de la protéger avec une housse à cause des UV et la housse coûte à peu près la différence entre PVC et Hypalon. Et la housse s’use, il faudra la remplacer à un moment ou un autre, sans compter que s’il pleut la housse est mouillée et donc vous aurez les fesses humides si vous utilisez l’annexe après une averse. Tandis qu’avec l’Hypalon, vous êtes tranquille.
  • Vous avez des actions chez Hypalon, vous. Bon, donc en alu et Hypalon.
  • Ah, et vous avez encore le choix de l’avoir avec ou sans coffre devant. Sans coffre, vous avez plus de place, mais avec coffre, vous pouvez ranger du petit matériel, chaussures, pompe et autres. Et ça fait un petit siège en plus de la banquette centrale. La version avec coffre coûte 30.- € de plus.
La nouvelle annexe avec les Fab & Fab & kids !

La nouvelle annexe avec les Fab & Fab & kids !

Bref, je suis reparti avec l’annexe à fond alu en Hypalon et coffre et un joli moteur Yamaha de 6 CV  4 temps. En 8 CV, ça n’existe plus, c’est tout de suite 10 CV. Hormis le prix, c’est le poids qui à nouveau m’a convaincu. 27 kg pour le 6 CV contre 44 kg pour le 10 CV. En termes de manutention, ça fait une énorme différence. Et comme j’ai un physique d’intello et non pas de bûcheron, le choix a été plutôt vite fait. Cerise sur le gâteau, on m’a repris mon annexe à fond gonflable et son moteur, presque au prix que les avais payés en France et en Suisse.

Dernier avantage de l’annexe à fond rigide, et sans doute pas le moindre, la solidité. Avec un fond rigide, vous pouvez aller vous échouer sur les plages sans souci d’éventuellement déchirer votre fond en caoutchouc sur un caillou ou un déchet pointu. En cas de choc avec des objets à angle aigu ou des bois flottants, vous êtes tranquille. Enfin, monter ou descendre d’une embarcation avec un fond rigide est nettement plus stable que d’une avec un fond gonflable. Et comme j’ai déjà de gros problèmes d’équilibre à cause de mes oreilles fanées…

Autre utilité de l'annexe : photographier son bateau au mouillage !

Autre utilité de l’annexe : photographier son bateau au mouillage !

Me voilà donc équipé pour les longs trajets entre le mouillage et la terre ferme. Un investissement conséquent, mais que je ne regrette pas une minute. De là à faire le tour de la Martinique en annexe, y a encore une certaine marge, mais pour aller squatter les plages du Club Med’ à un kilomètre, ça va très très bien. A propos, Jean-Claude Dusse vous salue bien, quand je l’ai quitté, il était sur le point de conclure.


4 Comments

  1. RE merci pour ces lignes attendues avec impatience!! toujours plaisir de te lire!!
    Waouwwwwwwww que c est beau presque irréel cette eau!

    Profite bien, je pense à toi et t embrasse fort, au plaisir de te relire

  2. Joël Preiss

    Mon cher Oli, encore une dépense imprévue mais combien utile. Je souhaite que tes finances tiennent le coup pour les prochaines. As-tu reçu mon mail qui t’annonçait que je prendrai 3 semaines de vacances pour te rejoindre? Je t’embrasse, Joël

  3. Pilet Nathalie

    Salut ct ´ami ,

    Quelle belle aventure , c’ est vraiment chouette de te suivre .
    Grogros bisous

  4. Pilet Nathalie

    Comment va Arthur ?

    J’attends impatiemment de lire votre prochain tête à tête …😉😀

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*